Vous semblez être localisé(e) en <country>

Rendez-vous sur votre site TENA pour des informations locales.

Langue
NL | FR |

Incontinence urinaire par impériosité et spasme de la vessie

Femme qui dort, portant une protection TENA
Si vous avez une incontinence urinaire par impériosité ou des spasmes de la vessie, également appelée vessie hyperactive, vous devez probablement uriner plus que la moyenne habituelle de quatre à huit fois pendant la journée. Vous avez aussi probablement besoin de vous lever la nuit pour uriner. De nombreuses personnes touchées se voient contraintes d’ajuster leur mode de vie, comme leur environnement de travail ou leurs déplacements, afin d’éviter les accidents gênants. Dans cet article, nous présentons certains des points les plus importants à savoir concernant les spasmes de la vessie et l’incontinence urinaire par impériosité, et ce que vous pouvez faire pour atténuer ces symptômes. 

Vivre avec une vessie hyperactive ou des troubles de la vessie

Une vessie fonctionnant normalement ne vous enverra pas des signaux d’urgence vous incitant à vous rendre aux toilettes immédiatement. Au lieu de cela, vous ressentirez probablement un besoin d’uriner qui augmente au fil du temps. Cela n’est pas le cas si vous souffrez de spasmes de la vessie ou de vessie hyperactive, car la sensation se fait généralement sentir très soudainement. Si le muscle vésical commence à se contracter sans prévenir, le spasme de contraction peut entraîner la perte involontaire d’urine.
 
Une fonction de la vessie anormale peut même entraîner cela sans que vous puissiez faire grand-chose pour l’empêcher, on parle alors d’incontinence urinaire par impériosité. Ce type d’incontinence est causé par de fortes contractions de la vessie, qui l’emportent sur les muscles du sphincter de l’urètre - qui vous permettent généralement de contrôler votre vessie - et cela entraîne des fuites urinaires.
 
Ces pathologies peuvent, pour des raisons évidentes, affecter la qualité de vie de la personne, qui a toujours besoin de connaître l’emplacement des toilettes les plus proches.

Quelles en sont les causes ?

Parfois, la cause exacte de ce type de vessie hyperactive n’est pas connue, mais voici quelques raisons expliquant pourquoi certaines personnes ont des spasmes de la vessie et une incontinence urinaire par impériosité : 
 
Absorption de fluide 
Boire trop de liquides conduit à d’importants volumes d’urine (polyurie) et peut donc entraîner des sensations d’urgence et de fréquents passages aux toilettes, étant donné que la vessie se remplit rapidement. Un diabète avec un niveau de glycémie élevé (hyperglycémie) peut augmenter la soif et la production d’urine. 
Un meilleur contrôle du diabète, dans ce cas, peut réduire l’incontinence urinaire. 
 
Ne pas boire suffisamment peut aussi provoquer des sensations d’urgence. Par exemple, éviter de boire pour réduire les sensations d’urgence peut aggraver la situation. L’urine devient en effet trop concentrée, irrite la muqueuse de la vessie et entraîne une urine dégageant une forte odeur et des symptômes d’urgence. La déshydratation est également un facteur de risque de constipation, et peut engendrer un risque d’infection urinaire.
 
Quiconque peut être confronté à des spasmes de la vessie et une incontinence urinaire par impériosité avec fuites urinaires, quel que soit l’âge, mais il existe des facteurs de risque :
 
•    Infection urinaire (la présence de bactéries peut irriter l’intérieur de la vessie)
•    Consommation importante de café et de boissons énergétiques
•    Calculs vésicaux
•    La muqueuse fragile post-ménopausique peut également provoquer brûlures et irritation de l’urètre chez la femme
•    Irritation de la vessie venant de l’extérieur, tels qu’un prolapsus, une tumeur des ovaires ou la constipation
•    Hypertrophie de la prostate
•    Surpoids

Quand consulter un médecin

Consulter un médecin est la meilleure façon de trouver la cause. Il ou elle prendra un échantillon de votre urine pour rechercher toute trace de bactérie, sang ou autre signe d’infection. Il est également courant de surveiller la quantité et la nature des liquides ingérés et de tester la vessie de différentes manières, mesurer la vitesse, la pression vésicale, et la quantité d’urine résidant dans la vessie après la miction. 
 
Si vous avez un ou plusieurs de ces symptômes, il est recommandé de consulter votre médecin :
 
•    Sensation de brûlures quand vous urinez
•    Fuites urinaires
•    Sang dans les urines
•    Un besoin plus pressant d’aller aux toilette
•    Se réveiller plusieurs fois par nuit pour aller aux toilettes

Comment y remédier ?

Si vos spasmes de la vessie ou votre incontinence urinaire par impériosité dépendent de votre mode de vie, il y a certaines choses que vous pouvez faire. Pour commencer, il peut être judicieux de cesser ou réduire la consommation d’alcool et autres boissons contenant de la caféine comme le thé, le café et les boissons énergétiques.

Rééducation et exercices

Les exercices du périnée, comme les exercices de Kegel, peuvent être vraiment utiles pour gérer une vessie hyperactive. Savoir contracter les muscles du périnée correctement quand le besoin pressant se fait sentir peut même faire disparaître le besoin urgent d’uriner. 
 
Pour réaliser les exercices de Kegel, contractez simplement vos muscles du périnée le plus fort que vous pouvez (comme pour vous retenir d’uriner, ou retenir un gaz) et tenez pendant au moins cinq secondes, puis répétez l’exercice pour renforcer progressivement vos muscles. Un périnée plus fort augmente la capacité de résistance à l’envie impérieuse d’uriner. Votre médecin ou kinésithérapeute peut vous apprendre comment réaliser cet exercice correctement.  
 
La rééducation vésicale est communément utilisée pour améliorer l’incontinence par impériosité. Il s’agit de prendre conscience des manifestations typiques de l’incontinence, réapprendre les apprentissages qui servent à stocker l’urine et vider correctement la vessie. Ceci implique également d’éviter d’aller aux toilettes « au cas où », ainsi que d’éviter de courir aux toilettes à la dernière minute. Exemples d’apprentissages sur lesquels il est possible de travailler : 
  • Exercer la capacité de la vessie à retenir l’urine. Cela veut dire que vous augmentez progressivement la quantité d’urine contenue dans la vessie, et que vous prolongez la durée entre les mictions. 
  • Ne pas se précipiter aux toilettes dès que l’on ressent une sensation d’urgence, essayer de se distraire d’une façon ou d’une autre.
  •  Contracter les muscles du périnée quand on ressent une envie pressante d’uriner.
  •  Planifier vos passages aux toilettes pour éviter le stress et l’anxiété. 
De cette façon, il est possible d’allonger progressivement les intervalles de temps entre deux passages aux toilettes. Un carnet de bord relatif aux mictions peut également s’avérer utile. 
 
Vous trouverez tous nos produits pour vous aider à gérer l’incontinence ici :