Vous semblez être localisé(e) en <country>

Rendez-vous sur votre site TENA pour des informations locales.

Langue
NL | FR |

Que pouvez-vous faire ?

Femme âgée riant avec une femme plus jeune – Les différentes façons d’aider votre proche à gérer son incontinence

Aider votre proche à gérer son incontinence

S’il n’a pas encore consulté un médecin, prenez rendez-vous rapidement. Vous devez essayer d’en savoir le plus possible sur les problèmes de santé de votre proche. De cette manière, il pourra recevoir un traitement approprié. 
 
Votre médecin aura à cœur d’éviter tout inconfort de votre proche. Il recommandera donc probablement le traitement le moins invasif possible. Initialement, cela peut inclure des changements relatifs au mode de vie, des exercices de physiothérapie et des appareils médicaux (voir ci-dessous). Si ces mesures n’ont pas d’effet, le médecin peut renvoyer votre proche à un spécialiste. En dernier recours, le spécialiste peut recommander des médicaments ou une opération chirurgicale. Rassurez-vous néanmoins, en collaboration avec des professionnels, vous pouvez aider votre proche à gérer son incontinence.
 
Vous et votre proche pouvez vous sentir gênés tandis que vous essayez de l’aider à gérer son incontinence. C’est naturel. Après tout, cela touche à l’intimité des personnes. Vous pouvez l’aider de plusieurs manières. Essayez tout d’abord de surmonter votre gêne – cela aidera votre proche à se sentir plus détendu. Et plus vous en apprendrez sur son trouble, mieux vous comprendrez ce qu’il vit. Vous pourrez alors lui offrir le soutien dont il a besoin.  

Conseils pour les différents types d’incontinence

Avez-vous lu notre section Types d’incontinence ? Elle décrit certains des types les plus courants d’incontinence urinaire. Vous devriez pouvoir trouver celui qui correspond à la situation de votre proche. 
 
Vous trouverez des conseils de professionnels ci-dessous pour vous aider à gérer son cas spécifique.
Vivre avec l’incontinence d’effort

D’abord, réfléchissez au style de vie de votre proche. Quelques ajustements simples peuvent faire une grande différence. 
  • Assurez-vous qu’il boit suffisamment.
    Il est naturel de penser que l’on devrait boire moins. Mais cela rendrait l’urine plus concentrée. Cela, à son tour, irriterait la vessie et la rendrait plus active. Nous recommandons que votre proche continue de boire normalement, en fonction de sa soif. Ceci devrait suffire pour que son urine conserve une couleur jaune clair, signe de bonne santé. Comme vous vous en doutez, boire en excès ne fera qu’augmenter ses « besoins pressants ». Alors essayez de conserver un équilibre sain.

  • Évitez certaines boissons.
    Souvenez-vous que certaines boissons sont des diurétiques, c’est-à-dire qu’elles augmentent le nombre de visites aux toilettes. C’est le cas du thé et du café qui contiennent de la caféine et des boissons alcoolisées. Il n’y a pas de mal à laisser votre proche en consommer de temps en temps s’il le souhaite. Mais mieux vaut ne pas en abuser.

  • Prenez garde aux calories.
    Le surpoids affaiblit les muscles pelviens, ce qui peut entraîner une incontinence. Alors, pour aider votre proche à rester mince, assurez-vous que son alimentation est saine et riche en éléments nutritifs, tout en veillant aux calories.

  • Découragez-le de fumer.
    La personne dont vous vous occupez fume ? Cela en soi n’entraîne pas l’incontinence urinaire. Mais la toux causée par le tabac peut exercer une pression supplémentaire sur la vessie. Alors essayez de le persuader d’arrêter de fumer ou de diminuer sa consommation. Cela aura des effets positifs sur son incontinence ainsi que sur sa santé générale. 

  • Encouragez la pratique d’une activité physique.
    Votre proche est-il mobile ? Ou pouvez-vous l’aider dans sa mobilité ? Il pourrait améliorer le contrôle de sa vessie en faisant des exercices du périnée. Les scientifiques ont conclu que jusqu’à 70 % des cas d’incontinence légère à modérée peuvent être améliorés ou même résolus de cette manière. Néanmoins, votre proche devra faire les exercices du périnée (Kegel) adaptés régulièrement au cours des trois à six prochains mois. Il n’est jamais trop tard pour commencer – même à 70 ou 80 ans, il est toujours possible d’améliorer ses symptômes. Un spécialiste pourra recommander des techniques comme la stimulation électrique pour aider à accomplir ces exercices correctement. En savoir plus sur les exercices.

Aider avec l’incontinence par impériosité

On parle également de vessie hyperactive. Comme son nom le suggère, elle se produit quand la personne a un besoin soudain et irrépressible d’uriner. Voici quelques conseils pour vous aider à vous occuper de votre proche : 
  • Aidez-le à se rendre aux toilettes.
    Assurez-vous que le chemin pour se rendre aux toilettes est simple et bien dégagé.  Également, s’il est mobile/semi-mobile et habillé, ses vêtements doivent être faciles à retirer – sans bouton ou fermeture compliqués.

  • Aidez-le avec sa rééducation vésicale et ses exercices.
    Pour l’incontinence par impériosité, il est possible de « rééduquer » sa vessie. Pour cela, incitez votre proche à s’entraîner à retenir de plus grandes quantités d’urine plus longtemps. Et à aller moins souvent aux toilettes. Ceci empêche la vessie « d’exagérer » le besoin d’uriner quand elle est seulement à moitié remplie. La rééducation est généralement plus facile avec le temps. Jusqu’à 50 % des personnes affectées par une incontinence par impériosité ont trouvé que cette méthode était efficace.

> Les exercices de Kegel pour les muscles pelviens peuvent également aider dans certains cas d’incontinence par impériosité.

> En savoir plus sur les exercices.

Aider avec l’incontinence mixte

Votre proche souffre-t-il à la fois d’incontinence d’effort et par impériosité ? Si c’est le cas, le meilleur conseil est de se concentrer en premier sur les symptômes dominants et d’essayer de les contrôler. Vous pouvez commencer par des exercices du périnée pour l’incontinence d’effort, ou une rééducation de la vessie pour l’incontinence par impériosité. Puis, une fois que les symptômes dominants s’améliorent, occupez-vous des autres symptômes.

Aide avec l’incontinence fonctionnelle ou neurologique

Un handicap physique ou mental empêche votre proche d’accéder aux toilettes à temps ? Ou lui fait perdre tout contrôle sur sa vessie ?  Les médecins doivent pouvoir aider. Mais même si les médecins ne peuvent rien faire, il existe d’autres choses que vous pouvez faire pour améliorer la situation de votre proche. 
 
Avant tout, minimisez l’impact des accidents en utilisant de bons produits pour l’incontinence. Les protections et sous-vêtements d’incontinence bien conçus permettent de retenir tout type de fuites urinaires. Ils l’aideront également à se sentir propre, frais, au sec et confortable. 
 

> Explorez la gamme de produits TENA.

Mesures à prendre pour les cas plus graves

Selon le trouble dont souffre votre proche, un médecin ou spécialiste peut recommander une ou plusieurs des solutions suivantes : 

  • Appareils médicaux
    Le médecin peut introduire un cathéter (tube relié à l’urètre) avec un sac portable pour capturer toute l’urine. Il peut s’agir uniquement d’une mesure temporaire, en particulier si l’incontinence est le résultat d’une opération chirurgicale dont votre proche est en train de se remettre. Peut-être devrez-vous apprendre à changer et nettoyer les sacs de cathéters – une opération facile à accomplir. Il est important de bien comprendre qu’un cathéter n’est pas une solution pour l’incontinence mais convient lors d’une hypertrophie de la prostate, ou comme mesure temporaire après une ablation chirurgicale de la prostate.

    Les dispositifs les plus couramment utilisés pour les fuites urinaires sont les serviettes et sous-vêtements absorbants. Conçus pour protéger contre les fuites et les odeurs, ils sont disponibles en différentes tailles et différents niveaux d’absorption.

    > Découvrez les produits d’incontinence TENA.

  • En dernier recours : médicaments et/ou chirurgie
    Certains médicaments peuvent aider à réduire l’hyperactivité de la vessie. Pour en savoir plus sur les médicaments qui pourraient aider votre proche en cas d’incontinence par impériosité, demandez à un médecin de vous renvoyer vers un spécialiste – par exemple, un urologue ou un urogynécologue.

    La chirurgie peut aider à traiter l’incontinence, mais est rarement utilisée.

D’autres moyens d’aider

Que pouvez-vous faire d’autre pour aider un proche ayant une incontinence fonctionnelle ? Assurez-vous que le chemin pour se rendre aux toilettes est simple et bien dégagé. Également, s’il est mobile/semi-mobile et habillé, assurez-vous que ses vêtements sont faciles à retirer – sans bouton ou fermeture compliqués.

Offrez le meilleur à votre proche

Découvrez comment TENA offre la solution la plus efficace pour garantir la propreté et le confort de votre proche – ​Découvrez la gamme TENA ici.