Vous semblez être localisé(e) en <country>

Rendez-vous sur votre site TENA pour des informations locales.

Langue
NL | FR |

Le témoignage de Richard

Lire le témoignage de Richard qui revient sur son parcours face aux fuites urinaires.
JE SUIS DEVENU MON PROPRE ENTRAÎNEUR
Richard , 66 ans

Oké, we weten allemaal dat we niet eeuwig zullen leven. Desalniettemin kwam de diagnose prostaatkanker als een donderslag bij heldere hemel. In april 2011 heb ik mijn prostaatoperatie gehad en alles is goed gegaan. Direct na de operatie moest ik een katheter gebruiken. Dit was vrij rommelig, dus toen deze was verwijderd ging ik bij mijn uroloog langs om te praten over hoe ik zo snel mogelijk weer terug kon naar mijn normale leven.


Au départ, je n’arrivais plus à contrôler l’écoulement d’urine, car l’ablation de ma prostate avait affaibli les muscles de mon plancher pelvien. Le médecin m’a conseillé de faire quelques exercices et d’utiliser des protections spécialement conçues pour les hommes. C’était un peu bizarre de porter une protection absorbante, même si elles sont très discrètes. Même si les protections passaient complètement inaperçues, j’ai décidé que je n’avais rien à cacher.

J’ai déjà remarqué que, souvent, les gens calquent leur réaction sur les nôtres. Si vous semblez détendu et plutôt ouvert, votre interlocuteur le sera également. Cela étant dit, je ne crie pas non plus sur tous les toits que j’utilise des protections. Simplement, si la conversation dévie sur ce sujet, j’essaie de ne pas paraître gêné. J’en parle plutôt comme d’un évènement de la vie que je n’ai pas d’autre choix que d’accepter.

Depuis, je suis devenu mon propre entraîneur et je persévère. Et le travail commence à porter ses fruits. Je ne dirais pas que le rétablissement est rapide, mais tant que les progrès sont là, je m’accroche. Mon objectif est de pouvoir me retenir 3 ou 4 heures sans aller aux toilettes et de me passer des protections. Il y a encore du travail, mais, dans l’ensemble, je suis satisfait d’avoir retrouvé ma vie d’avant.